La chronique de Kat

23.01.2018

  Adrien, 12 ans, jeune collégien partage sa vie entre une mère fantasque, pleine de joie et croqueuse de vie et un père qui a refait sa vie. Adrien comprend que sa mère est gravement malade, la vie va changer pour lui et sa famille. Vivre et apprendre à se reconstruire après la perte d'un être cher quand on a 12 ans. Pas de pathos, beaucoup de rires et de lumière même si le sujet est triste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quand la justice et la police ont baissé les bras, Mildred Hayes prend les choses en main: elle loue les 3 grands panneaux publicitaires situés sur la route menant à la ville et demande la réouverture du dossier concernant le viol et le meurtre de sa fille. Le combat d'une mère courage et fragile sous sa carapace de "gros dur", seule contre tous, contre son ex-mari de flic, contre le chef de la police, contre ses adjoints, contre l'Amérique profonde tourmentée par le racisme et la violence, prête à accepter la justice si on trouve l’auteur du crime mais sans toucher à leur liberté première, celle de leur propre défense. Un film sur la rédemption et le pardon, sur la vengeance, sur la famille, un excellent polar avec un humour décalé !

 

 

 

 

 

 

 Franck, ancien joueur de foot non professionnel, gravite dans le milieu footballistique. Un soir, il fait la connaissance de Salomé, jeune femme aussi désespérée que lui, qui essaie de séduire Djibril, ancienne gloire du foot. Un monde de paillettes, où le paraître est roi et omniprésent. Franck Gastambide incarne un joueur de foot déchu et reconverti en agent, mais dont les silences en disent long sur les coulisses du ballon rond et son travail en sous-main. Le réalisateur dresse un regard juste et perspicace sur l'envers du décor et le côté bling-bling, qui fait rêver tant de jeunes joueurs. La chute est brutale quand le critère mental n'est pas là, même si le physique et le jeu suivent. A voir pour l'excellente prestation de Franck Gastambide.

 

 

 

 

 

 

 

  Le mari et le petit garçon de Katja décèdent dans un attentat à la bombe en Allemagne. Le film est en 4 actes, le mariage, la bombe, le procès puis la vengeance. Katja n'a plus rien à perdre, elle est comme vide à l'intérieur d'elle. Elle ne fera jamais son deuil, elle part en quête de justice, pas de rédemption. Diane Kruger a bien mérité son prix d'interprétation féminine à Cannes, elle a tourné au naturel sans maquillage, en pleurs pendant tout le film, elle y a mis ses tripes. Un portrait de femme perdue, une femme destituée de son rôle de mère. Tragique, bouleversant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soir de Noel, Angela apprend que son mari la quitte, sa fille part jouer de la musique dans un concert, sa mère s'envole pour une destination inconnue. Il lui reste le chien et le vendeur de fruits et légumes du bas de sa rue. La vie parfaite d'Angela éclate; son psy est amoureux d'elle mais ne veut pas lui avouer. Du déjà-vu comme comédie, et pas si brillantissime. On s'ennuie vite.

Please reload

Posts à l'affiche

A mille lieues du quotidien, offrez-vous l'Afrique !

December 2, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents

November 18, 2019

November 18, 2019

November 13, 2019

November 7, 2019

Please reload

Archives