• UBM

La chronique de Kat !


« Opération Beyrouth » : Mason Skiles se retrouve dix ans plus tard en 1980 à Beyrouth. Il y est convié par la CIA pour mener à bien les négociations afin de libérer un des leurs. A qui peut-il faire confiance ? Tsahal, le gouvernement américain ou l'OLP ? Excellent film d'espionnage, captivant par sa complexité politique et efficace par le jeu des acteurs.










« L'extraordinaire voyage du fakir » : Aja raconte son extraordinaire voyage en Europe à la recherche de son père inconnu. Une comédie dont seul le titre est extraordinaire ! Je conseille plus le livre !












« Je vais mieux » : Le mal de dos de Laurent serait imaginaire d’après les médecins, ils ne peuvent rien pour lui. Laurent, pour aller mieux, décide de prendre en main sa vie, et de régler ses comptes avec certains membres de sa famille, ses amis et ses collègues de travail. D'un ennui et d'une longueur à s'en dormir et à ne pas aller mieux !!








« Volontaire » : L'histoire d'une rencontre...Une rencontre qui va changer 2 vies, celle de « la miss », aspirant Baer et celle de « le moine », le redoutable commandant Rivière. Un film sur l'expression des sentiments ressentis et jamais extériorisés. Lui, le taiseux insaisissable et imprévisible, dépassé par ses sentiments ; elle, fascinée et impressionnée par cet homme, par son regard, sa parole. Une forte tension intérieure dans ce face à face, de beaux décors terre/mer bretons et une belle interprétation de la part des 2 acteurs.





« Trois visages » : Prix du scénario Festival de Cannes 2018. Célèbre actrice iranienne, Behnaz Jafar reçoit la vidéo d’un supposé suicide d'une jeune fille lui demandant son aide pour fuir sa famille conservatrice. Avec son ami, le réalisateur Jafar Panahi, ils partent au village de la jeune fille, situé dans les montagnes iraniennes où les traditions ancestrales dictent toujours la vie au quotidien. Bien qu'assigné à résidence, Jafar Panahi reprend le volant de son 4x4 et filme dans un village éloigné la condition des femmes de son pays, l'Iran. Une société très patriarcale où les femmes essaient de se frayer un chemin pour leur liberté.




« Champions » : Marco, entraîneur-adjoint de l’équipe national de basket d'Espagne, doit effectuer 3 mois de travail d’intérêt général suite à une conduite en état d’ébriété : il devra prendre en charge une jeune équipe de basketteurs handicapés. Un film de sportif, toujours drôle et jamais ridicule.











« Alberto Giacometti, the final portrait » : 1962, Paris, la rencontre entre l'artiste Giacometti et l'écrivain James Lord. Une vision d'un Giacometti perdu dans son atelier « triste » (tout est gris et sombre), dans sa vie et dans son œuvre : tout défaire pour mieux recommencer. Il s'y applique, notamment lors de la réalisation du portrait de James Lord qu'il fera en une vingtaine de jours. Huis clos réalisé dans l'atelier du peintre/sculpteur et interprété par un Geoffrey Rush, plus vrai que nature en Giacometti rongé par le doute.


0 vue